L’Association Eau pour la Vie est en partenariat avec le centre de réinsertion pour jeunes filles ESGB La Passerelle depuis septembre 2014. Ensemble, nous avons choisi de mettre en place le projet d’une ferme école, permettant aux filles du centre de se former aux techniques agricoles: en jardin et en hors sol.

Présentation du centre ESGB La Passerelle: 

Le centre a été créé en 1997 par l’association « Espace Solidarité Globale Bénin » (ESGB), et reconnu par l’état Béninois depuis Aout 2005. Ce centre d’accueil et de réinsertion pour jeunes filles, situé sur la commune d’Akpro-missérété, reçoit une cinquantaine de filles, ayant vécues dans des conditions difficiles (difficultés d’accès aux soins médicaux, à l’eau, à l’assainissement). Ces jeunes filles sont majoritairement orphelines ou issues de situations familiales très précaires, ayant été victimes de traites, de violences ou d’abus sexuels. L’objectif du centre est de réinsérer socialement et professionnellement ces jeunes filles, mais aussi de leurs procurer des soins médicaux, du soutien scolaire et différentes formations telles que des ateliers de couture, de tissage, des activités sportives ou encore des cours de cuisine. Depuis la création de la ferme école, une formation agricole théorique et pratique (jardinage et pisciculture) a été ajouté au cursus possible des jeunes filles. 

Développement du projet : 

Depuis 2015, plusieurs services civiques français ont réalisé des diagnostics, études de terrain et de faisabilité afin de trouver le terrain adapté à la mise en place d’une ferme-école. Le choix s’est porté sur un bas fond marécageux qui servait jusqu’alors de décharge. Le sol, argilo-sableux, convient parfaitement pour une culture agricole et piscicole. Ci-dessous,  la description du terrain en Juin 2016 par Pauline, volontaire en service civique après d’AEV en 2016 : 

Le terrain, situé sur la commune d’Akpro-Missérété et légué par la mairie de celle-ci au Centre Espace Solidarité Globale Bénin (ESGB) la Passerelle, forme une entité d’environ 1  hectare soit 7048,5 m2. Il se situe dans une vallée dont le sol est principalement argilo sableux. Le terrain est en pente (pente douce) et enclavé dans une zone humide. On trouve sur ces terres des zones marécageuses et d’autres plus sèches. Cependant, le terrain reste globalement marécageux dans son ensemble. En aval, le terrain est bordé d’un petit ruisseau qui atteint par endroit les 4 mètres de profondeur. On y trouve quelques espèces aquatiques (poissons chats, grenouilles, etc.) ; les locaux y ont d’ailleurs pris l’habitude de venir y pêcher. 
La parcelle est actuellement (Juin 2016) peuplée d’une végétation dense. Fauchée pour la dernière fois en Mars 2016, elle atteint actuellement environ 1 mètre de hauteur. La terre y est riche et propice à diverses activités (culture, élevage, pisciculture).  On trouve d’ailleurs, juste à coté de cette parcelle, une petite ferme ou le propriétaire exerce la pisciculture, l’élevage de canards et de volailles. 
La terre, argilo sableuse, est une terre propice à l’installation d’étangs piscicoles puisqu’elle retient parfaitement l’eau sans nécessiter l’installation de bâche ou d’un autre type de sol artificiel. Le terrain est situé sur une nappe phréatique. On trouve de l’eau à moins d’un mètre de profondeur.

C’est en Février 2017 que le chantier a débuté, avec l’appui deux deux services civiques français de l’association Eau pour la Vie: Simon et Vincent. Vous pourrez retrouver tous les détails de leur expérience sur leur blog: http://aev-benin-2017.over-blog.com

Après plus d’un an d’entretien et de tests sur le terrain, l’équipe d’Eau pour la Vie a pu se rendre compte qu’un travail régulier était fourni à la ferme. Deux fois par semaine, les filles du centre suivant la formation agricole vont entretenir le jardin (repiquage, récolte, …) et les bassins.

Présentation des bassins de pisciculture

Depuis 2014, ESGB et AEV travaille sur l’élaboration de bassins de pisciculture. L’objectif de ces bassins est double:

  • Former les jeunes filles au développement et à l’utilisation de ces bassins par le biais d’expérimentations dans un objectif professionnel
  • Apporter une source de nourriture ainsi qu’une source de revenu pour les jeunes filles du centre

A ce jour, deux bassins existent dans la ferme école. Le but serait de pouvoir mettre en place d’autres bassins dans les années à venir afin de développer l’activité et de multiplier les expériences. Comme cela a été observé lors du choix de l’emplacement, le terrain s’approprie particulièrement à la mise en place de bassins piscicole pour trois raisons:

  • Sol de bonne composition argilo-sableux idéal pour l’implantation de bassin piscicole;
  • Eau de bonne qualité dans les bassins grâce à l’écoulement naturel vers la rivière;
  • Proximité de l’emplacement avec le centre La Passerelle (3 kms).

Deux espèces de poissons sont actuellement présentes dans les bassins au stade d’alevins: les Tilapia et les Clarias (Poissons chat). Ces poissons sont largement consommés au Bénin, raison de ce choix. Ils y restent quelques mois avant d’être utilisés pour la consommation du centre et pour la vente. Dans le premier bassin (celui de gauche sur la photo),  ne sont présents que des Tilapia. Dans le bassin de droite (sur la photo) sont présents les Tilapia et les Clarias. Le but était d’expérimenter avec les filles du centre  l’évolution de la population des Tilapia en fonction des conditions de leur milieu (ajout d’une autre espèce de poisson dans ce cas). En effet, les Tilapia sont des poissons à reproduction rapide. Ainsi, les faire cohabiter avec des Clarias permet d’éviter un risque de surpopulation dans le bassin, et offre une régulation naturelle de cette dernière.

Dans ces bassins sont également présents des nénuphars. Ces derniers ont un double avantage puisqu’ils permettent à la fois d’avoir un ombrage naturel pour la population tout en produisant un apport d’oxygène. Il est cependant nécessaire de réaliser un entretien afin d’éviter qu’ils soient présents en trop grand nombre.

Ce projet a été soutenu financièrement par l’Agence des Micro-Projets, un programme de l’ONG La Guilde. Deux membres de l’Agence sont venus découvrir ce projet en Avril 2018. Nous les remercions de leur passage et de leur soutien!

Présentation et Evolution du Jardin

Lors de la phase d’expérimentation du terrain en 2017, le personnel du centre accompagné par Simon et Vincent ont choisi de planter des bananiers plantains et de variété locale, ainsi que des cocotiers et des papayers nains. Le but était de voir quels arbres fruitiers seraient le mieux adaptés au sol et à l’irrigation naturelle du milieu. Avec le recul d’une année, le bilan est plutôt très positif. Les bananiers et les papayers se sont très bien adaptés, et produisent d’ores et déjà quantité de fruits. Pour les cocotiers, le résultat n’a pas été aussi concluant, et la production a donc été stoppée.

 

Depuis lors, bon nombre de plantations ont été essayé et ont donné un excellent résultat. A ce jour donc, voici ce qui est cultivé à la ferme école.

Sont également cultivés, des plants de piments, de clin-clin et de gombo (utilisé dans la cuisine locale pour réaliser des sauces gluantes), ainsi que de venenia (plante amère utilisée en médecine et cuisine).

Certains plants, comme la canne à sucre et l’aloès vera, sont encore en expérimentation.

 

Enfin, des eucalyptus ont été planté le long des rigoles afin de délimiter le périmètre de la ferme école, tel une clôture. Le choix s’est porté sur l’eucalyptus pour ses propriétés d’absorption de l’eau qui vont ainsi limiter les inondations dans la parcelle lors de la saison des pluie. De plus, ce bois est très apprécié des menuiseries locales et pourra donc être vendu dans le futur.

 

Eucalyptus délimitant la ferme école

Culture Hors-Sol au Centre:

En attendant d’avoir un espace réservé à la culture hors-sol sur la parcelle de la ferme école, les jeunes effectuent des tests de plantations hors-sol sur le toit du centre avec des matériaux de récupération: pneu, bouteilles en plastique. Les résultats sont jusqu’à présent fructueux!